Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZON

LA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZON

DE 1848 A 1878 : LES ORIGINES

Tout débute avec un homme : Gérard CELLESTIN Il ouvre en 1848 un petit atelier de construction de matériel agricole à Vierzon dans le Cher.

Au fil des années, il fabrique nombre de machines comme des batteuses ou des locomotives mobiles.

Durant sa carrière, il accumules les distinctions:

- 225 médailles d'or

- 85 d'argent

- 6 grandes médailles et diplomes d'honneur

En 1878 il vend ces locaux à Lucien ABREL qui créera :

LA SOCIETE FRANCAISE DE MATERIEL AGRICOLE ET INDUSTRIEL DE VIERZON

LA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZON
LA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZONLA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZON

DE 1878 A 1931 : DIVERSIFICATION PUIS REMISE EN QUESTION


Durant plusieurs décénies, la S.F.M.A.I. fabrique divers matériel, souvent adapté à la demande du client.

Parmis ces machines on retrouve des batteuse et des locomotives vapeur.

Mais aussi du matériel de scierie, des machines destinées à casser des pierres, des pompes ou des moteurs fixes.

Malgres ça, le secteur est précaire et en 1931 la société est au bord de la faillite.

Les dirigeant de l'époque se lancent alors dans la construction d'un moteur monocylindre semi diésel à boule chaude. C'est un vrai coup de poker pour la société tricolore!

Et la réussite est au rendez vous, la SFV devient rapidement le premier constructeur français de matériel agricole

LA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZON
LA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZONLA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZON
LA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZONLA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZON
LA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZONLA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZON

DE 1931 A 1950 : LE BOUM DES BOULES CHAUDE


Le premier tracteur à boule chaude à être lancé est le H1 (à partir de 1934)

Puis rapidement sortent le H2 en 1935 qui est un modèle réduit du H1 et le H0 en 1936, adapté aux entreprises de battage.

A partir de 1939, les couleurs changent. Jusqu'à présent gris à lisérés rouges, les nouvelles générations deviennent gris foncés.

En 1940, pendant la guerre, le HV1 voie le jour. Il sera produit jus'en 1946.

Son successeur sera le FV1.

Le HV2, petit gabarit (successeur du H2) sera produit de 1940 à 1950.

LA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZONLA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZON
LA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZONLA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZON

DE 1950 A 1959 : DES MODÈLES LÉGENDAIRES


A partir de 1950, sort le 302 (successeur du HV2) ce modèle sera l'un des plus gros succès de la SFV.

C'est aussi le premier à revêtir ce vert clair à liserés jaune si reconnaissable.

Suivra le 401 puis son successeur le 402 qui sera produit de 1953 à 1958.

Pour satisfaire les entreprises de battage, le 551 verra le jour (développé sur la base du H0) et sera fabriqué entre 1952 et 1953. Le 552 luis succédera de 1957 à 1958.

En 1952, le 201 voit le jour, le plus petit de la gamme sera un énorme succès, car bon marché et très polyvalent.

Il évoluera vers le 202.
 

LA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZONLA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZON

APRES 1959 : LE RACHAT ET LA FIN DE LA SFV ...

En 1959, l'americain CASE, rachette la SFV.

Le 204 sera le dernier tracteur à boule chaude à voir le jour, dont certains auront les couleurs de CASE (Beige et rouge).

D'autres modèles seront produits comme le 203, le 303 ou le 403 mais le manque de fiabilité des nouveaux moteurs bi cylindre finnissent par  ruiner l'image de la marque, jusqu'au déclin.

 

LA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZONLA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZON
LA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZONLA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZON
LA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZONLA SOCIETE FRANCAISE DE VIERZON

... JUSQU’À NOS JOURS

Mais à partir des années 80, pas mal de passionnés commencent à sauver et restaurer ces tracteurs.

Ces tracteurs et ces moteurs monocylindre à boule chaude qui, par leurs charisme et leur robustesse, ont marqué toute une génération, continuent à émerveiller à chaque démarrage.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article